Posted on

Dans la famille des pantalons Sorell, j’appelle l’écru !

Dans la foulée de mon 1er pantalon Sorell que je vous présentais hier, j’en ai cousu un 2d.
Celui-ci avec le vrai beau tissu que je voulais absolument, dont j’avais gardé le coupon pour me faire un pantalon à la belle saison. Il s’agit d’un métis lin/coton à chevron, écru, avec une belle épaisseur qui lui donne un tombé lourd mais qui reste très léger, souple et agréable à porter (vive le lin !).

 

Sorell-pantalon-ecru-(1)

Rien à redire sur la coupe du patron de Pauline, j’ai tout dit hier. J’ai repris exactement les mêmes options : poches passepoilées au dos, poche à gousset devant.

Sorell-pantalon-ecru-(2)

 

La seule chose que j’ai changé, c’est la largeur des jambes : j’ai ôté 2 cm de chaque côté, je me sens toujours aussi bien dedans, et je le trouve moins clownesque ainsi. Faut dire que je ne suis pas très grande, donc des jambes aussi large avaient tendance à me tasser un peu, je trouve.

Sorell-pantalon-ecru-(13)

 

La taille haute, c’est pour moi le must du confort ! Je pense que je l’ai déjà dit mais je déteste réellement les tailles basses qui sont devenues la norme aujourd’hui sur les pantalons du commerce et qui, d’une part, appuient juste sur la cicatrice de mes césariennes toujours un peu sensible 5 ans après la dernière, d’autre part, laissent entrevoir mes sous-vêtements lorsque je m’accroupis (et travaillant avec des enfants, je m’accroupie souvent !).

Sorell-pantalon-ecru-(15)

Grr, il faut que je déplace le bouton de la poche à gousset, il est mal situé et cela provoque un pli disgracieux lorsque la poche est fermée !

Le seul truc frustrant dans ce joli pantalon si parfait, c’est que j’ai choisi un wax comme doublure de poche, et qu’on ne le voit nul part quand il est porté ! (et j’ai même oublié de le prendre en photo)

Sorell-pantalon-ecru-(7)

 

Je peux vous dire qu’il n’est pas cousu depuis longtemps ce pantalon, mais qu’il sort déjà très souvent de l’armoire, une vraie réussite cette cousette !

 

Posted on

Oh, oh ! Joli Sorell, mon pantalon taille haute

Lorsque Pauline m’a proposé de refaire l’expérience de testeuse de patrons pour sa nouvelle sortie, je me suis dit :  » Et pourquoi pas ? »

Lorsqu’elle m’a expliqué que le patron qu’elle voulait me faire tester était un pantalon taille haute, là, j’ai sauté au plafond.

Lorsqu’elle m’a envoyé le visuel de son nouveau bébé, ces lignes un peu rétro, cette taille haute et fendue au dos, ces poches – oui, toutes ces poches ! Ah lala, j’ai su qu’on allait bien s’entendre tous les 2.

sorell-pantalon-gris-(7)

Pour moi sur le papier, c’est LE pantalon parfait !

sorell-pantalon-gris-(6)

Tableau des tailles devant moi, mètre ruban en main. Bon, il faut s’y faire, je coupe un 46. Bouhhh ! Mais bon, c’est comme ça, j’assume, pas le choix en même temps !

Comme d’habitude Pauline nous a pondu une vraie pépite, accompagné d’un livret d’explications digne du meilleur cours de couture à domicile. Tout est limpide si on prend la peine de se concentrer et de respecter les différentes étapes.

sorell-pantalon-gris-(9)

Les poches passepoilées au dos ont une finition que je n’avais encore jamais croisé, très très classe. Je pense que, même si elles ne sont pas encore parfaites, ce sont mes plus belles poches passepoilées ! Les poches italiennes sur le devant sont vraiment profondes, un bon point pour moi qui suis souvent jalouse de la profondeur de poches des hommes ! Là je peux glisser mon téléphone ET ma main sans problème !

Le montage de la braguette, pareil, une technique que je ne connaissais pas et qui rend cette étape un peu sacrée, un peu mystique totalement simpliste.

sorell-pantalon-gris-(12)

 

Pour dire vrai, la seule grosse difficulté, selon moi, c’est la poche à gousset, sur le devant. Avec 2 morceaux de ceinture asymétrique, des marges de couture à cranter très près de la couture, etc. J’ai eu quelques sueurs mais encore une fois, rien d’insurmontable en suivant les indications de Pauline calmement. (et z’avez vu mon joli bouton tête de mort ? hihi !)

sorell-pantalon-gris-(14)sorell-pantalon-gris-(15)

 

Côté tissu, j’ai utilisé un polyester à chevron, avec un discret fil lurex trouvé dans le bac de coupon à 5€ chez Myrtille. Pour un test, j’ai trouvé que c’était un bon compromis : tissu passe-partout, pas cher, que je porterai facilement. Les doublure de poches sont coupées dans une chute de coton bio acheté chez Amandine.

Comme vous pouvez le voir aux différents plis, ce pantalon a déjà été porté maintes et maintes fois, c’est vraiment devenu mon patron chouchou pour ranger mon postérieur !

sorell-pantalon-gris-(2)